25 juillet 2007

Une princesse de Norvège souhaite partager ses dons de voyance

OSLO (Reuters) - La princesse Martha Louise de Norvège affirme avoir des dons de voyance et dit vouloir aider les autres en leur apprenant à parler avec les anges.

La fille du roi Harald V et de la reine Sonja, qui a une formation de kinésithérapeute, explique sur le site internet de son centre d'éducation alternative qu'elle communique avec les anges depuis son enfance.

Le centre Astarte Education, qu'elle a cofondé, promet à ses étudiants d'apprendre à "réaliser des miracles", et ce "grâce aux anges et à (leurs) propres forces".

"Je me suis toujours beaucoup intéressée aux thérapies alternatives", explique la princesse, âgée de 35 ans, sur le site http://www.astarte-education.com.

"Je m'occupais de chevaux quand je suis pour la première fois entrée en contact avec des anges. Plus tard, j'ai compris la valeur de ce don considérable et je souhaite le partager avec les autres", poursuit-elle.

Le Palais Royal a confirmé que le site internet reflétait la pensée de la princesse mais n'a pas souhaité faire davantage de commentaires.

Martha Louise, quatrième dans l'ordre de succession, n'a que très peu de chances d'accéder au trône.

On respire !

18 juillet 2007

Revealed: how the mind processes placebo effect

Expecting a big reward helps the reward to come true.

Michael Hopkin

Neuroscientists have found that people who experience a strong dose of pleasure at the thought of an upcoming reward are more susceptible to the placebo effect.

The research shows how the placebo effect, in which patients perceive a benefit from a medical treatment despite it having no genuine therapeutic activity, hinges on the brain's 'reward centre' — a region that predicts our future expectations of positive experiences, and which is also implicated in gambling and drug addiction. Greater activity in this brain region, called the nucleus accumbens, is linked to a stronger placebo effect, the new research shows.

This kind of mechanistic understanding of how the brain reacts to placebo treatments could help doctors to boost the effect, argues Jon-Kar Zubieta of the University of Michigan, Ann Arbor, who led the research.

"This is driving the idea that you can manipulate the placebo effect, to increase it for therapeutic treatment," he says.

Conversely, reducing or eliminating variations in the placebo effect could improve the accuracy of medical trials, which evaluate the effects of new therapies against that of a placebo. Reducing the variation in placebo effects among different volunteers could help to standardize trial results.

Great expectations

Zubieta and his team evaluated the placebo effect by giving volunteers a painful injection of salt solution into the cheek. Subjects were then told that they would be randomly assigned an injection either of painkiller or of placebo. In fact, all volunteers received a placebo. Later, some of the same patients were retested and not offered a second injection at all.

Participants generally reported more reduction in pain when given the placebo injections than those not given any placebo treatment at all, Zubieta and his colleagues report in the journal Neuron1. But the volunteers showed significant variations in the strength of their placebo effects.

The researchers suspected that the effect may be linked to the brain's reward centre, which kicks into life when a reward (in this case, pain relief) is expected. They scanned the brains of 14 of their 30 volunteers to monitor the production in the nucleus accumbens of a brain signalling chemical called dopamine, which is boosted in response to reward anticipation.

Activity in the nucleus accumbens was greater in those patients experiencing a strong placebo effect, the researchers found. "If your dopamine system doesn't work very well your placebo effect is probably going to stink," Zubieta says.

What's more, people who tended to show a strong placebo effect also had higher reward expectation in general, as demonstrated by a game in which they were told that they would be given varying amounts of money. During the game, their brains were scanned to assess their levels of optimism that the reward would be a handsome one.

Brain booster

The findings raise the possibility that patients could be given medically active drugs to activate or boost the placebo effect, although Zubieta warns that we don't really know how to do this yet. Drugs already exist to boost the brain's dopamine system, but can have a bizarre range of side effects, including turning patients into reckless gamblers as their reward-expectation centre goes into overdrive, he points out.

A better way to approach the problem might be to encourage doctors to be upbeat when telling patients about their treatments, suggests Chris Frith, a neuropsychologist at University College London. That should boost the patients' anticipation of reward and cure. "The doctors who do best are the ones who are most deluded that their treatments do work," he says.

It is still unclear how any anticipation of reward might then specifically affect the physiological problem being suffered by a patient. It is possible that the reward-anticipation triggers the production of homemade painkillers called endogenous opioids, for example. If so, it may be possible for people to control the release of such chemicals through thought (and belief) alone. "Is it possible to release these at will?" Frith asks.

La capacité d'auto-illusion ou la conviction de l'acteur seraient donc la clef d'un effet placebo maximal. Les cours de comédie seront bientôt au cursus universitaire médical. On pourrait aussi verser plus de crédits à la recherche médicale pour améliorer les traitements et les rendre largement supérieurs à ce que l'effet placebo peut produire.

Vitamin C Offers Little Protection Against Colds, Review Finds

Science Daily — Unless you run marathons, you probably won't get much protection from common colds by taking a daily supplemental dose of vitamin C, according to an updated review of 30 studies.

Conducted over several decades and including more than 11,000 people who took daily doses of at least 200 milligrams, the review also shows that vitamin C (ascorbic acid) does little to reduce the length or severity of a cold, according to the researchers at the Australian National University and the University of Helsinki.

However, they found that people exposed to periods of high stress -- such as marathon runners, skiers and soldiers on sub-arctic exercises -- were 50 percent less likely to catch a cold if they took a daily dose of vitamin C.

For most people, the benefit of the popular remedy is so slight when it comes to colds that it is not worth the effort or expense, the authors say. "It doesn't make sense to take vitamin C 365 days a year to lessen the chance of catching a cold," said co-author Harri Hemilä, a professor in the Department of Public Health at University of Helsinki in Finland.

The review appears in the latest issue of The Cochrane Library, a publication of The Cochrane Collaboration, an international organization that evaluates medical research. Systematic reviews draw evidence-based conclusions about medical practice after considering both the content and quality of existing medical trials on a topic.

Since the discovery of vitamin C in the 1930s, controversy regarding its efficacy in treating ailments from lung infections to colds has surrounded it. In the 1970s, Nobel Prize-winning chemist Linus Pauling popularized its regular use. His book, "Vitamin C and the Common Cold," encouraged people to take 1,000 milligrams of the vitamin daily.

The current recommended daily allowance of vitamin C is 60 milligrams. An eight-ounce glass of orange juice has about 97 milligrams of vitamin C.

Despite early mixed results and later evidence against its efficacy, charismatic Pauling became the world's vitamin C champion. "Pauling never recanted and never backed down," said Wallace Sampson, founding editor of the Scientific Review of Alternative Medicine and emeritus professor of medicine at Stanford University.

Regardless of the evidence against it, vitamin C remains popular because many people -- including those funding studies -- want to believe that it works, said Sampson, who debated Pauling on the radio and in letters.

These days, there is less interest in studying vitamin C and the common cold, said Hemilä, who has studied the vitamin for more than 25 years. The Cochrane Review was originally published in 1998 and updated in 2004 and this year. The latest update includes a single new study on the Vitamin C-cold connection.

However, researchers continue to examine vitamin C alone and in combination with other vitamins and substances, such as Echinacea, for its efficacy in preventing and treating diseases and conditions, including cancer. This is not necessarily a good thing, Sampson said. "It's broadside quackery."

Hemilä said he sees little use in further study for colds for adults. However, he would like to see more studies on vitamin C and colds in children and vitamin C and pneumonia. Vitamin C is not a panacea, but it is not useless either, Hemilä said. "Pauling was overly optimistic, but he wasn't completely wrong."

Note: This story has been adapted from a news release issued by Center for the Advancement of Health.

Le mythe de la vitamine C a la vie dure, malgré toutes les études scientifiques montrant que son efficacité est extrêmement limitée et s'applique à des cas peu courants comme celui des athlètes de haut niveau en effort intensif. Les crédules adeptes des pseudo-médecines continuent à en faire la publicité, pour le plus grand avantage financier des laboratoires pharmaceutiques qui la commercialisent.

11 juillet 2007

Un Roumain qui avait porté plainte contre Dieu débouté

BUCAREST (AFP) - Un Roumain qui avait porté plainte contre Dieu pour "escroquerie" et "abus de confiance", Lui reprochant notamment de ne pas avoir répondu à ses prières, a été débouté de son action par le Parquet de Timisoara (ouest), a rapporté mercredi le quotidien Evenimentul Zilei.

Mircea Pavel, 40 ans, qui purge une peine de 20 ans de prison pour meurtre, avait porté plainte contre "le nommé Dieu, domicilié aux cieux et représenté en Roumanie par l'Eglise orthodoxe", l'accusant d'"escroquerie, abus de confiance, corruption et trafic d'influence".

"Lors de mon baptême, j'ai conclu un contrat avec l'accusé visant à me délivrer du mal. Or, jusqu'ici, ce dernier n'a pas honoré ce contrat, bien qu'il ait reçu de ma part différents biens et nombreuses prières", a écrit M. Pavel.

Le Parquet de Timisoara l'a toutefois débouté de sa plainte, estimant que "Dieu n'est pas un sujet de droit et n'a pas d'adresse".

Le plaignant peut toujours changer de religion, jusqu'à en trouver une qui 'marche'.

10 juillet 2007

Un ex-secrétaire à la Santé américain affirme avoir été censuré

Par Will Dunham

WASHINGTON (Reuters) - Un ancien secrétaire à la Santé ("chirurgien-général") du président américain George W. Bush a accusé mardi l'administration de l'avoir censuré sur plusieurs dossiers, notamment celui des cellules-souches.

"Tout ce qui ne rentre pas dans le cadre du programme idéologique, religieux ou politique des responsables au pouvoir est ignoré, marginalisé, ou tout simplement enterré", a estimé le docteur Richard Carmona devant une commission de la chambre des représentants.

Carmona a été le premier secrétaire à la Santé nommé par George W. Bush, et a occupé ce poste de 2002 à 2006.

"Le problème de cette démarche, c'est qu'en matière de santé publique, tout comme en démocratie, il n'y a rien de pire que d'ignorer la science, ou d'en marginaliser l'expression pour des raisons dépendant de l'orientation politicienne. Le rôle du chirurgien-général est d'être le médecin du pays, pas celui d'un parti politique", a-t-il ajouté.

Carmona a affirmé que les responsables de l'administration Bush avaient censuré ses discours et l'avaient empêché de s'exprimer publiquement sur certains dossiers, dont la recherche sur les cellules-souches, la contraception et ses doutes quant à la politique gouvernementale de limiter l'éducation sexuelle à la promotion de l'abstinence.

Ces déclarations surviennent alors que le sénat américain doit tenir jeudi une audience à propos de la nomination du docteur James Holsinger en remplacement de Carmona, qui a été autorisé à achever son mandat en l'absence d'un remplaçant.

Des militants des droits homosexuels ainsi que plusieurs démocrates de premier rang ont critiqué Holsinger, estimant qu'il avait publié des écrits hostiles à l'homosexualité, mais la Maison Blanche estime qu'il a les qualifications requises.

Le porte-parole de la Maison Blanche Tony Fratto a déclaré que Carmona avait reçu le pouvoir nécessaire, et qu'il avait eu le devoir de guider les Américains sur les questions de santé.

"Nous serions déçus s'il a effectivement échoué à utiliser l'ensemble des possibilités de sa fonction pour défendre les dossiers dont il estimait qu'ils étaient dans l'intérêt du pays. Nous estimons que le docteur Carmona a reçu le soutien nécessaire pour mener à bien sa mission", a déclaré Fratto.


Les cellules-souches sont considérées par de nombreux scientifiques comme un domaine de recherche prometteur sur le plan médical. Mais les détracteurs du projet le jugent immoral, car il rend nécessaire la destruction d'embryons humains.

Carmona a déclaré qu'on l'avait également empêché d'évoquer publiquement les fondements scientifiques de la recherche sur les cellules-souches afin de permettre au peuple américain d'en mieux comprendre les enjeux.

Il a ajouté que la majeure partie du débat à ce sujet avait été orientée par des objectifs politiques, idéologiques ou religieux.

"J'ai été bloqué à chaque étape. On me disait que la décision avait déjà été prise, 'sois discret, n'en parle pas'", a-t-il rapporté.

Carmona et deux de ses prédécesseurs, les docteurs Everett Koop et David Satcher, ont appelé à une plus grande indépendance de la fonction.

"Les interférences des politiques avec le travail du chirurgien-général semblent avoir atteint un niveau supérieur avec cette administration", a estimé le député Henry Waxman, démocrate de Californie qui dirige le comité devant lequel Carmona a témoigné.

"Le public attend d'un chirurgien-général qu'il soit protégé des pressions politiques et qu'il puisse exprimer son point de vue professionnel, basé sur les faits scientifiques les mieux documentés."

04 juillet 2007

Robert Faurisson condamné en appel et ouverture d'une nouvelle information judiciaire

AP - La cour d'appel de Paris a confirmé mercredi le jugement condamnant le négationniste Robert Faurisson, 78 ans, à trois mois d'emprisonnement avec sursis et 7.500 euros d'amende pour des propos tenus en février 2005 sur une chaîne de télévision iranienne niant l'extermination des juifs par les nazis.

Par ailleurs, le parquet de Paris a ouvert le 13 juin dernier une information judiciaire contre X pour "contestation de crimes contre l'humanité" et contre M. Faurisson pour "complicité" de ces mêmes faits suite à la participation de l'historien à une conférence sur l'Holocauste à Téhéran en décembre dernier, a-t-on appris mercredi de sources judiciaires.

Le juge d'instruction Marc Sommerer a été saisi de cette enquête, a-t-on ajouté de mêmes sources.

Le 15 décembre dernier, le président Chirac avait demandé au garde des Sceaux Pascal Clément "de faire diligenter une enquête préliminaire" à la suite des propos tenus par M. Faurisson à Téhéran "lors d'une conférence de presse mettant en cause la réalité de la Shoah".

Avant de saisir un juge d'instruction, il s'agissait de vérifier si la justice française était compétente, ce qui implique notamment une diffusion ou une publication des propos en France ou sur un site internet accessible depuis la France. Il fallait également établir si les propos tombaient sous le coup de la loi Gayssot sur le négationnisme.

La condamnation en appel de M. Faurisson porte sur une interview réalisée par téléphone le 3 février 2005 sur la chaîne iranienne Sahar 1, accessible en France sur Eutelsat. Il avait notamment déclaré qu"'il n'y avait jamais eu aucune tentative d'extermination des juifs par les nazis", encore moins "de politique d'extermination physiques des juifs".

La cour, dont la décision n'était pas disponible immédiatement, a modifié en revanche le montant des dommages et intérêts alloués aux trois parties civiles.

Robert Faurisson devra payer, non plus 1 mais 1.000 euros à chacune des associations: la Ligue des droits de l'Homme (LDH), le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP) et la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme (LICRA).

Un peu de patience, Faurisson va bientôt pouvoir revendiquer "l'excuse de sénilité".

Pour le 7/7/07, les futurs mariés misent en masse sur Las Vegas


LAS VEGAS (AFP) - A Las Vegas, la capitale mondiale des unions express et du jeu, les candidats au mariage vont se bousculer par milliers samedi, espérant que les chiffres 7/07/07, réputés porter chance, leur assureront une vie de bonheur conjugal.

Bravant les plus de 40°C qui règnent couramment en cette saison au coeur du désert du Nevada, ces couples vont se succéder dans la quarantaine de chapelles ponctuant la ville et les multiples salles dédiées aux unions des hôtels-casinos.

"Cela fait 49 ans que je suis dans le métier et nous n'avons jamais autant travaillé. C'est notre moment d'amour magique, hystérique, historique", affirme Charlotte Richards, propriétaire de la "Little White Chapel", "Petite chapelle blanche" installée sur le fameux "Strip", le grand boulevard de Las Vegas bordé de palmiers et de casinos géants.

Quelque 3.000 couples ont déposé une demande de mariage pour samedi dans le comté de Clark dont Las Vegas est le chef-lieu, pour le plus grand bonheur d'une ville qui vit par et pour l'argent qu'y déversent quelque 38 millions de visiteurs par an.

L'hôtel Mandalay Bay, dans le sud du "Strip", a ainsi prévu un programme spécial, "777 Beach Extravaganza", qui prévoit une cérémonie sur la plage artificielle du palace, un apéritif au champagne, un concert, une réception avec boissons à volonté, une photo souvenir et même un panier garni. Le tout pour un prix "arrondi" à 1.777 dollars.

L'affluence sans précédent de samedi a également décidé de nombreux hôtels et chapelles à allonger leurs heures de travail. Rien qu'au "Venetian", au style calqué sur Venise, 77 mariages sont prévus, trois fois plus qu'un samedi normal.

Dans l'établissement voisin du Paris-Las Vegas, l'un des derniers-nés du Strip, la chapelle affiche complet avec 35 mariages à la chaîne. Qu'à cela ne tienne, l'hôtel va organiser un mariage commun pour 14 couples en soirée dans une salle de conférences.

Au Flamingo, comme au Venetian, 77 mariages sont au programme, dispersés dans sept chapelles de ce casino historique de la ville du péché.

"Nous voulions que nos couples soient encore plus heureux en mariage", affirme Kris Labuda, gérant de la chapelle installée dans le jardin du Flamingo. "Cette date (du 7/07/07) représente la chance et va changer la vie de beaucoup de gens", assure-t-il.

Dans les chapelles connues pour leurs mariages à la carte où la seule limite est l'imagination des clients et l'épaisseur de leur portefeuille, la journée de samedi va enchaîner les cadences infernales. Plus de 100 couples vont défiler dans la "Chapel of the Flowers".

Et dans la "Little White Chapel", ils seront... 460.

"Nous ne pouvons pas prendre davantage de réservations, mais nous accepterons les gens sans rendez-vous, en les mettant où nous pourrons", souligne Charlotte Richards.

Virginia Valdez, 57 ans, a saisi l'occasion du 7 juillet pour dire "oui" à Stanley, son petit ami depuis 10 ans. "C'est plutôt sympa, surtout avec toute l'hystérie autour de cette date", explique cette Californienne: "lorsque j'irai au travail lundi, tout le monde va trouver ça intéressant".

En tous cas, il y a une industrie du mariage à qui cette date va porter chance. L'histoire ne parle même pas de Tony Parker et d'Eva Longoria, qui convoleront à Vaux-le-Vicomte, dans le 77, mettant ainsi toutes les chances de leur côté.